Accueil > Projets > Naatal phase 2 > Trois écoles cibles visitées

Trois écoles cibles visitées

samedi 25 avril 2015, par Abdoulaye Diallo

Préparation de Naatal Ecole Oasis, phase 2

Les photos correspondant aux écoles se trouvent ici

Le projet initial Naatal prévoyait 6 écoles à réaliser.

Une première phase (2013-2014) a permis de réaliser les écoles de Goudié, Mbarocounda et Diam-Diam (partiellement). Un potager Naatal a été implanté également dans l’école de Malem-Thérigne.

Les trois écoles restantes viennent d’être visitées pour faire un nouvel état des lieux.

Pour Mbancouma :

Le vendredi 17 avril 2015 a eu lieu une mission à Mbancouma pour s’enquérir de la situation actuelle de l’école.
Un enseignant Mr Faye, représentant du directeur Aliou Diallo excusé, le chef de village et le bureau du comité de gestion de l’école ont accueilli le responsable de l’asbl chargé des projets.
Les informations suivantes ont été relevées :
L’école compte trois enseignants pour cinq cours, cent trois élèves, deux salles de classes fonctionnelles, deux en chantier, un bloc aussi et deux blocs fonctionnels. Les effectifs sont répartis comme suit :

Il y a deux classes multigrades et la classe de CM1 est dans un abri.

Ce lundi 20 mars 2015, une mission a été effectuée à Delby et à Léwé pour s’enquérir de leur situation actuelle
Les informations suivantes ont été recueillies :

Pour Delby :

L’école a six salles de classe dont une en situation de délabrement avancé et compte aujourd’hui sept enseignants (dont 2 dames et un enseignant en arabe). L’école compte un cycle complet c’est-à-dire six cours répartis ainsi :

Pour Léwé :

L’école compte trois salles de classes construites, deux enseignants, un point d’eau et des toilettes en chantier. Elle a quatre cours répartis dans deux classes multigrades comme suit :

L’administrateur chargé des projets
Abdoulaye Diallo

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don