Accueil > Projets > Développement intégré à Boulel Ndoucoumane > Boulel : en marche vers le développement intégré

Boulel : en marche vers le développement intégré

dimanche 23 octobre 2016, par André Petithan

En pratique, que pourrait-être un projet de développement intégré dans un village tel que Boulel ?

Boulel est un village d’environ 700 habitants situé dans la commune de Sagna. Le village est distant du centre de Sagna et donc de la route d’environ 6km (au N).

Les coordonnées géographiques du village sont de 14°8’ de latitude Nord et de 15°21’ de Longitude Ouest.

Il est alimenté en eau par le forage de Hodar.

Au niveau des infrastructures, on note l’existence d’une petite école primaire dont le directeur, M. Mor Talla Kâ, est issu du village de Hodar.

Comme dans beaucoup de villages de cette zone, les groupements féminins sont particulièrement actifs. C’est l’un d’entre eux qui a contacté l’association pour examiner les conditions d’un partenariat.

Les demandes sont classiques : permettre à un GPF organisé de développer des activités génératrices d’amélioration de qualité de la vie et de revenus sur base des compétences existants localement.

L’étape suivante, primordiale, sera d’établir un contact de partenariat avec les autorités de la communauté et les responsables de la commune rurale de Sagna.

Dans l’élaboration d’un projet de développement intégré, cette étape est cruciale puisqu’elle va permettre de vérifier les conditions d’un engagement participatif des acteurs locaux mais aussi la mise en place d’outils de démocratie participative.

Enfin, il faut que les différents partenaires et acteurs du projet intègrent les différents aspects du projets, notamment ceux visant à la pérennisation de l’action.

Dans le cas de Boulel, par exemple, si la demande vise essentiellement la mise en place d’une structure permettant la production d’huile d’arachide et de savons, les différents apports doivent comprendre les élément de formation, voire d’alphabétisation, non seulement technique mais aussi organisationnelle. Il faut aussi compter sur des apports qui doivent permettre une production de qualité tant au niveau technique qu’au niveau sanitaire (dans le cas de l’huile d’arachide par exemple).

La structure générale du projet nécessite donc une réflexion et un apport dans les domaines suivants :

  • Formations
    • Dynamique organisationnelle
    • Alphabétisation
    • Technique
      • Reforestation , Agro-écologie, Savonnerie, Huilerie, Bio gaz
  • Infrastructure
    • Maraîchage
    • Voûte nubienne (savonnerie et huilerie )
  • Matériel
    • Maraîchage
    • Savonnerie
    • Huilerie
    • Centrale domestique de biogaz
SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don