Accueil > On parle de nous > L’importance de la construction scolaire

L’importance de la construction scolaire

dimanche 22 novembre 2009

Le secrétaire général du ministère de l’Enseignement préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des Langues nationales, Mafakha Touré, a rappelé, samedi à Dakar, l’importance de la construction scolaire qu’il convient de prendre en compte dans les différents programmes mis en œuvre dans le secteur de l’éducation.

"Des instructions ont été données, dans ce sens, pour que dans les semaines à venir, une rencontre à cet effet soit convoquée" , a-t-il dit lors de la clôture d’un séminaire-bilan destiné à faire le point sur la rentrée scolaire 2009-2010.

quelque 140 participants, représentants des institutions partenaires de l’Etat et des acteurs non étatiques ont participé à cette rencontre ouverte jeudi avec l’objectif de dresser le bilan de la rentrée 2009-2010 et le niveau d’exécution du Plan d’opération du budget annuel (POBA) 2009.

La rencontre a également accordé une grande place au partage et à la validation du dispositif de programmation et de suivi du Programme décennal de l’éducation et de la formation (PDEF).

"Il nous faut mettre en place un dispositif de gestion qui puisse coordonner l’ensemble des intervenants dans ce domaine, mais surtout, réussir les programmes important mis en œuvre dans ce sens dans l’intérêt de tout le monde" , a préconisé Mafakha Touré.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Enseignement préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des Langues nationales, il reste encore beaucoup de défis à relever dans le secteur de l’éducation.

"Tout cela, a-t-il dit, suppose aussi une bonne formation de l’ensemble des acteurs. Une formation convenable de tous ceux qui interviennent et nous allons y travailler pour pouvoir intervenir de la meilleure façon.

M. Touré a aussi mis l’accent sur la coordination qui, même si elle existe au niveau de la direction de la planification, est ‘’insuffisante’’.

Un officiel rappelle l’importance de la construction scolaire

21/11/2009 17:11 GMT

Dakar, 21 nov (APS) – Le secrétaire général du ministère de l’Enseignement préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des Langues nationales, Mafakha Touré, a rappelé, samedi à Dakar, l’importance de la construction scolaire qu’il convient de prendre en compte dans les différents programmes mis en œuvre dans le secteur de l’éducation.

‘’Des instructions ont été données, dans ce sens, pour que dans les semaines à venir, une rencontre à cet effet soit convoquée’’, a-t-il dit lors de la clôture d’un séminaire-bilan destiné à faire le point sur la rentrée scolaire 2009-2010.

quelque 140 participants, représentants des institutions partenaires de l’Etat et des acteurs non étatiques ont participé à cette rencontre ouverte jeudi avec l’objectif de dresser le bilan de la rentrée 2009-2010 et le niveau d’exécution du Plan d’opération du budget annuel (POBA) 2009.

La rencontre a également accordé une grande place au partage et à la validation du dispositif de programmation et de suivi du Programme décennal de l’éducation et de la formation (PDEF).

‘’Il nous faut mettre en place un dispositif de gestion qui puisse coordonner l’ensemble des intervenants dans ce domaine, mais surtout, réussir les programmes important mis en œuvre dans ce sens dans l’intérêt de tout le monde’’, a préconisé Mafakha Touré.

Pour le secrétaire général du ministère de l’Enseignement préscolaire, de l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des Langues nationales, il reste encore beaucoup de défis à relever dans le secteur de l’éducation.

‘’Tout cela, a-t-il dit, suppose aussi une bonne formation de l’ensemble des acteurs. Une formation convenable de tous ceux qui interviennent et nous allons y travailler pour pouvoir intervenir de la meilleure façon’’.

M. Touré a aussi mis l’accent sur la coordination qui, même si elle existe au niveau de la direction de la planification, est ‘’insuffisante’’.

"Le programme est très grand, c’est celui de l’éducation, parce que c’est plusieurs ministères regroupés en un, avec différents intervenants. Donc il faut des niveaux de coordination et cela, tout le monde doit le comprendre et travailler dans cette direction-là", a-t-il poursuivi.

Selon lui, c’est cela qui permettra aux acteurs de l’éducation de réaliser leurs ambitions, estimant que cela suppose l’acquisition d’équipements, depuis le niveau déconcentré jusqu’au sommet.

"Autant le niveau déconcentré commence à s’appauvrir, avec la panne de certaines machines, autant il y a des directions où il n’y a même pas le minimum requis pour faire un travail convenable", a déploré Mafakha Touré. "Le programme est très grand, c’est celui de l’éducation, parce que c’est plusieurs ministères regroupés en un, avec différents intervenants. Donc il faut des niveaux de coordination et cela, tout le monde doit le comprendre et travailler dans cette direction-là", a-t-il poursuivi.

Selon lui, c’est cela qui permettra aux acteurs de l’éducation de réaliser leurs ambitions, estimant que cela suppose l’acquisition d’équipements, depuis le niveau déconcentré jusqu’au sommet.

"Autant le niveau déconcentré commence à s’appauvrir, avec la panne de certaines machines, autant il y a des directions où il n’y a même pas le minimum requis pour faire un travail convenable", a déploré Mafakha Touré.

Source / APS

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don