Accueil > Malem-Hodar > Booster le taux brut de scolarisation

Booster le taux brut de scolarisation

samedi 8 juin 2013

L’introduction de l’enseignement arabe dans les écoles est une grande source de motivation pour l’inscription des enfants à l’école au niveau de la région de Kaffrine. C’est l’inspecteur d’Académie, Karim Kébé, qui l’a fait savoir hier, mardi, à l’occasion de la présentation de son rapport introductif du Comité régional de développement (Crd) consacré à l’éducation.

« Les populations qui sont fortement ancrées dans des valeurs islamiques ne s’identifient pas au modèle éducatif actuel proposé. Ils souhaitent bénéficier de structures prenant en charge la dimension religieuse ». L’annonce est de l’inspecteur d’Académie, Karim Kébé dans son rapport introductif. C’était à l’occasion du comité régional de développement (Crd) consacré au secteur de l’éducation dans la région de Kaffrine.

Pour M. Kébé, « l’enseignement arabe dispensé et prenant en charge la dimension religieuse est un besoin fortement exprimé par les populations »

La région de Kaffrine compte 20 559 talibés répartis dans 403 daaras recensés. Pour relever le Taux brut de scolarisation, il estime nécessaire de « poursuivre les efforts de création d’écoles franco arabes et de moderniser les daaras. C’est un modèle alternatif qui peut bien relever le Tbs encore très faible de la région ».

A cause de la marge de progression importante des écoles franco arabes qui représentent 9.55% des structures scolaires, l’inspecteur d’Académie dans son rapport introductif a souligné que « la nécessité d’un encadrement rapproché par le renforcement des capacités de maitres en affectant aussi de Malem Hodar et à Kaffrine d’inspecteurs en langue arabe ».
Plusieurs enfants en 2013, faut-il le rappeler, ont quitté l’école pour intégrer les daaras, faute de maitres d’arabes. La présence de ces derniers dans les écoles constitue une des exigences majeures des parents pour inscrire leurs enfants.

Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a pour sa part souligné que « le gouvernement compte soutenir les daaras ». C’est pourquoi, dit-il, qu’un « projet de loi sur les Daara a été rédigé pour dégager les conditions de soutien à ces écoles ». Il s’agit, selon lui, de trois décrets qui sont, entre autres, les conditions de création, la commission des daaras et les conditions de financement du daara ». Ibrahima Baldé

Source : http://fr.africatime.com

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don