Accueil > Les brèves > Un département sans.....route bitumée !

Un département sans.....route bitumée !

samedi 2 août 2014

Elu au poste de président du conseil départemental, il y a quelques jours, le député progressiste Cheikh Ndiaye a annoncé récemment devant la presse que Malème Hoddar est l’un des rares départements de la région de Kaffrine, voire du Sénégal à ne pas disposer encore d’un seul kilomètre de route goudronnée.

Et cela, depuis sa fondation il y a plusieurs siècles. L’unique voie sur laquelle on peut facilement apercevoir du noir est la bretelle qui sépare le village à la nationale 1. Longue de moins d’un kilomètre, cette route git aujourd’hui dans un état de délabrement si avancé qu’elle ne permet plus une circulation confortable à ses usagers. A part elle, aucune autre route bitumeuse n’a été réalisée dans ce local séparé de Kaffrine que d’une trentaine de kilomètres.

Ainsi sa rencontre avec la presse était une occasion pour le nouveau président du conseil départemental de Malène Hoddar de fixer ses priorités sur cette question spécifique, c’est-à-dire la réalisation d’un important réseau routier interne, mais aussi sur les autres défis qui interpellent les autorités de ce département. Des besoins relativement socio-économiques et dont l’essentiel touche le secteur de l’éducation, de la santé, et de l’Agriculture. Dans cette localité où l’activité prédominante du secteur économique est exclusivement réservée à l’Agriculture, la nouvelle équipe du conseil départemental s’est aussi donné l’ambition de booster le secteur de l’agriculture.

D’abord en profitant du maximum possible des retombées de sa coopération avec les pays développés et ensuite en développant une politique hardie de mise en place des facteurs de production agricole, chaque année en temps opportun et en qualité et quantité suffisante.

Source : www.sudonline.sn (1/8/2014)

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don